Les surveillants de prison à la Cité administrative

 Après le Président de la République samedi, le Premier ministre a reçu ce lundi matin, onze membres du bureau du comité syndical des surveillants de prison conduit par le contrôleur pénitentiaire Abdoulaye Fofana. 

 Au cours de la rencontre,  les leaders syndicaux du personnel pénitentiaire ont exposé les motifs pour lesquels une grève avait été envisagée par leurs militants. Il s’agit essentiellement de l’adoption d’un statut particulier des surveillants de prison (nonobstant qu’une commission est en place depuis plusieurs mois), l’accélération du dédommagement des ayants droits de feu l’adjudant Kola Sofara victime d’une violente évasion survenue à la prison centrale de Bamako en juin 2014  et l’amélioration des conditions générales de vie et de travail.

 Selon les syndicalistes, le corps des survivants de prisons depuis qu’il a été créé en 1996 n’a pas été doté d’un statut digne de ce nom en dehors du cadre de l’administration pénitentiaire qui ne prendrait point en compte la spécificité de leurs missions notamment le mode de recrutement et le code disciplinaire. La question du statut avait  déjà été proposée par la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale suite à une visite dans les centres de détention en 2011.

   Après 1994 et suite à la radiation de 800 élèves gendarmes ensuite reversés pour la plupart dans l’administration pénitentiaire, 7 autres promotions ont été formées.  A l’emploi, les agents sont ainsi mis à la disposition pour les uns des magistrats et pour les autres des administrateurs civils ou des services sociaux. Le syndicat souhaite, un rattachement au Ministère en charge de la Sécurité en lieu et place de la tutelle actuelle du Ministère de la Justice commandé à l'époque par l'humanisation des prisons aux dires du syndicat.

 Autres revendications :

-  la dotation régulièrement en tenue et paquetage complet,

-  la formation,

-  la participation aux activités organisées à l’étranger,

-  la dotation des centres en équipements de détection,

-  la dotation en armes et munitions adéquates.  

 En recevant le syndicat, le Premier ministre a souhaité confirmer la ferme volonté du Gouvernement d’examiner les doléances des surveillants de prisons exprimées devant le Président de la République le samedi dernier. La conduite des négociations et la mise en œuvre des engagements relèveront des Départements en charge de la Justice et de la Sécurité.   

Source : CCINT Primature 15 12 2014 11:24     

 Abdoulaye MAGASSOUBA

 Responsable Cellule de Communication MDR

Cité Administrative - Bât: N°1

Contacts: 20 77 28 21

Interphone: 21041

Adresse mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations supplémentaires